logo aikido saint-denis

Gymnase de la Courtille
26 rue Jacques Vaché
93200 Saint-Denis

Mardi 20h - 21h30
Jeudi 20h - 21h30

Renseignement
5f654f66644f68684f67614f6864 ioZo1Gnbd3J8ot5iizezd8sM2xL7rb4Y caesar This page part is protected against spam bots and web crawlers. In order to be displayed you need to enable Javascript in your browser, and then reload the page.

Cours d'essai
63569a97889565639a978895479a9ba0938c64499b8c9f9b548b8c8a9699889b90969561479c958b8c999390958c6249656388478f998c8d6449948890939b9661889092908b969a8890959b8b8c95909a678e94889093558a9694496575969c9a635688656388478f998c8d6449948890939b9661889092908b969a8890959b8b8c95909a678e94889093558a96944965478a96959b888a9b8c996356886563569a97889565639a97889565 lhvjKuLSliVi3cYeg52KRUDZVllqQk2A caesar This page part is protected against spam bots and web crawlers. In order to be displayed you need to enable Javascript in your browser, and then reload the page.

croix-kobayashi

Me Hirokazu Kobayashi

 

Maitre-kobayashi

Hirokazu Kobayashi est né le 14 février 1929. Adolescent, il pratique les arts martiaux traditionnels tels que le Kendo, le judo et le karatédo. Il est envoyé par son maître de karatédo pratiquer l'Aïkido auprès de son fondateur Morihei Ueshiba.
En 1946, il rencontre O'Sensei, qui lui fait grande impression lors de ses démonstrations. Dès lors, il accompagne Maître Ueshiba et devient un de ses plus proche élève.
En 1954, il retourne à Osaka où il accueille O Sensei à de nombreuses reprises.
En 1959, il fait ses premiers déplacement à l'étranger, notamment en Amérique et en Australie.
En 1964, il est 8ème Dan. A partir de 1969, il enseigne en Europe mais ce n'est qu'en 1972 qu'il commence véritablement son enseignement en France (sur une invitation d'André Nocquet) qu'il poursuivra jusqu'en 1997.

 

Il développa son Aïkido autour du principe du meguri (principe spiralé de prise de contact), et du ki-no-musubi (relation de centre à centre, lien des énergies), les rôles entre partenaires s'interchangeant. La relation d'implication entre les deux est fondamentale d'où le principe de l'ouverture à l'autre, et de non combat.
Il ajoute à son enseignement une pratique du Jo et du Boken ainsi qu'un Aiki-Taiso issue en partie de ses connaissances du Daoyin.
Maitre Hirokazu Kobayashi décède au Japon le 28 août 1998.

 

Certains de ses élèves directs comme principalement André Cognard, Jean-François Riondet en France, Walter Oelschläger en Allemagne, Giampietro Savegnago et Paolo Salvadego en Italie ainsi que d'autres élèves comme Etienne Leman ou Charles Abelé sont restés fidèles à son enseignement et aux valeurs qu'il transmettait.
Ils s'emploient à les transmettre dans leur école respective. A savoir l'Académie Autonome d'Aïkido faisant partie du "Kokusai Kenshukai Aikido Kobayashi Hirokazu Ha", pour André Cognard, ou bien, Associazione Italiana Aïkido pour Giampietro Savegnago, l'Institut d'Aïkido pour Etienne Leman ou l'Aïkiryu pour les élèves de Charles Abelé.

 

"Kobayashi Hirokazu est mort en août 1998. Il a dispensé un enseignement conforme à la tradition japonaise en ce qui concerne la méthode. Il a démontré beaucoup, rarement expliqué et utilisé plus souvent la métaphore que le discours rationnel. L’enseignement passait par le silence, le corps et le ressenti. Cependant, il précisa verbalement et très fréquemment certains points en rapport avec l’éthique de l’Aïkido : 

  • l’Aïkido n’appartient à personne, le fondateur l’a voulu universel et non pas exclusivement japonais,
  • l’Aïkido n’est en aucun cas un sport mais ne saurait dévier du budo.
  • l’Aïkido n’est lié à aucune religion, pas plus le shinto que le bouddhisme ou qu’Omotokyo et il ne peut, en aucun cas, être une religion,
  • dans l’Aïkido , on ne se défend pas, on ne prend pas de garde, on ne regarde pas l’attaque ; on ne domine pas, ne se soumet pas et l’on ne fait pas de compromis,
  • la seule stratégie, c’est que le cœur de l’agresseur change quand il nous touche « aite no kokoro kawaru ». Pour cela, il faut donner avant de recevoir,
  • l’Aïkido ka doit se concentrer avant tout sur deux points : ne jamais blesser l’attaquant, penser que celui qui attaque fait un appel à l’aide, une demande d’amour, qu’il utilise le dernier moyen possible, quand le conflit a coupé toute relation, pour recréer un lien,
  • l’Aïkido ka doit remercier de l’attaque et accomplir le geste qui fait du bien à tout.

Il illustra ce dernier point à travers les consignes de méditation qu’il donna aux Aïkidoka : « Restez concentrés sur l’idée de remercier sans limite, quelles que soient les pensées et les évènements auxquels elles se rapportent.

Il a aussi dit très clairement que cet enseignement n’était tiré d’aucune doctrine, qu’il ne se référait à aucun principe ancien. Il venait naturellement du corps de celui qui pratiquait en y mettant son âme ..."

(A. Cognard)

 

"La pratique de l'Aïkido de Kobayashi Hirokazu élève du fondateur Ueshiba Moriheï, implique une utilisation du corps qui va bien au-delà du simple contrôle de celui-ci par la volonté ou le développement de réflexes."   (André Cognard)