logo aikido saint-denis

Gymnase de la Courtille
26 rue Jacques Vaché
93200 Saint-Denis

Mardi 20h - 21h30
Jeudi 20h - 21h30

Renseignement
1d230d24220d26260d251f0d2622 64exsdbjvRimI5OLulVdrmPtzHkFf5 caesar This page part is protected against spam bots and web crawlers. In order to be displayed you need to enable Javascript in your browser, and then reload the page.

Cours d'essai
4e4185827380504e858273803285868b7e774f3486778a863f767775818473867b81804c3287807677847e7b80774d34504e73327a8477784f347f737b7e86814c737b7d7b768185737b80867677807b8552797f737b7e4075817f3450608187854e4173504e73327a8477784f347f737b7e86814c737b7d7b768185737b80867677807b8552797f737b7e4075817f3450327581808673758677844e4173504e4185827380504e8582738050 hkybVSELDeDCvyB9dHTwJfrwZgBHLoz caesar This page part is protected against spam bots and web crawlers. In order to be displayed you need to enable Javascript in your browser, and then reload the page.

Aï-Inochi-Tchie

 

Dans le prolongement de la rencontre Aïkido- Dharma qui a eu lieu à Karma-Ling, la mairie de Lyon m'a invité à participer et intervenir à l'occasion des rencontres “Dialogues en humanité” qu'elle a mises en place depuis 2002.

 

Elles peuvent se résumer ainsi :

“À travers le dialogue et la confrontation entre les expériences, les cultures, les traditions, les disciplines (sciences, arts, spiritualité, politique, monde de l'entreprise), nous pouvons tous ensemble tenter de mieux comprendre ce qui fait l'humain et essayer ensemble de grandir en humanité. L'homme est au coeur de ce projet qui nous impose de réengager une réflexion de fond sur l'humanité et l'humanisme et de créer les conditions d'un changement de regard et de posture, y compris par rapport à l'idée que l'autre est une menace.”

Le groupe de discussion dont je faisais partie autour de la question “Pourquoi sommes nous violents ?” regroupait cinq témoins : Bernard Bolze (coordinateur de la campagne nationale pour le numerus clausus en prison), Richard Pétris (Fondateur de l'école de la Paix de Grenoble), l'américain Osagnefo Uhuru Sekou (Coordinateur de la coalition inter-religieuse contre la guerre en Irak), le brésilien Chico Witaker (co-fondateur du Forum Social Mondial) et moi-même (maître d'Aïkiryu).

Ce qui est apparu au cours des échanges, c'est l'urgence de l'action extérieure et la difficulté de se rendre compte de l'évidence de l'urgence de l'action intérieure, tout le monde étant très pris par les problèmes qui nous entourent.

Il en est quand même sorti une chose que nous, pratiquants d'Aïkiryu, connaissons bien : c'est l'importance de notre attitude et les changements qu'elle peut produire sur les autres et sur les situations sachant que toute action dite externe nous modifie.

Mon intervention a été l'occasion pour moi de me rendre compte que nous ne sommes pas seuls à nous poser la question de la paix, de l'amour, de l'engagement dans la vie et cela quelque soit la forme, la race, le pays et la compréhension que l'on a de la démarche des autres ; la recherche est la même Paix, Justice, Amour.

L'Aïkiryu a sa place dans ce monde en tant que moyen dont nous sommes les témoins et messagers vivants.

Nous avons l'outil, rendons le vivant en nous qu'il puisse être transmis et qu'il éclaire notre chemin.

Notre pratique nous conduit à une attitude droite, stable, intégrative face aux difficultés, face à l'inconnu. Nous ne pouvons pas arrêter le changement de la vie, simplement nous pouvons y être présent, actif et créatif. Nous pouvons ouvrir notre regard au-delà des jugements sur le monde et nous rendre compte que nous le façonnons, le créons, y sommes un point central et que notre univers est ce que nous sommes.

Nous vivons dans le temple de la déduction mais si vous appliquez, à partir de votre pratique, le principe analogique, de nouveaux espaces s'ouvriront.

Tout fonctionne de la même manière, rien n'est différent et c'est notre capacité à intégrer, à nous transformer, à nous ouvrir qui est la différence car nous agissons sur l'Espace-Temps. L'Aïkiryu n'est pas un art différent des autres, sa capacité à exister, notre capacité à le rendre vivant est le pas que chacun fait quand il va en avant et pose sa foi dans ce pas qui le rend libre et uni à lui-même. Il ne s'agit pas de dire que l'on détient la vérité mais que notre pratique par le développement de la conscience de l'instant conduit à la pacification et à l'ouverture.

La vie est rencontre.

Ces différentes interventions marquent une évolution dans l'ouverture de l'école vers l'extérieur et surtout mettent en évidence que nous pouvons chacun être actif quant à notre développement personnel, celui de l'école, celui de l'Aïki, sans limite de cadre.

 

Charles Abelé